2014-08 Semaine Fédérale Saint Pourçain sur sioule

La Semaine Fédérale de cyclotourisme 2014

                                                                                                                                                       Bernard Perriot


Cette année, elle a lieu dans le centre de la France : l’Allier, précisément à St Pourçain-sur-Sioule.

Département pas trop connu, du moins par moi, que l’on traverse éventuellement par les grands axes, sans trop le voir évidemment.

 

Comment, l’Allier fait partie de la Région Auvergne, région de montagne ? Alors que c’est plutôt plat ?

 

Grave erreur ! Oui, on trouve des zones de plaines, comme le long de l’Allier, mais dès que l’on s’en éloigne, on circule au travers de superbes bocages, et rapidement voici des montées (et accessoirement des descentes) courtes mais innombrables : 1000 m de dénivelée sur un parcours de 80 km se trouvent sans problèmes.

Au Sud du département, les rampes de plusieurs kilomètres  permettent de vérifier que la Montagne Bourbonnaise porte bien son nom ! Et partout, des étangs, naturels ou aménagés, bien remplis cette année.

 

Seconde remarque : Voilà un département agricole, sans doute pas bien riche, consacré essentiellement à l’élevage (les charolaises) Peut-être, mais on y trouve plus de 500 châteaux, certains bien connus, d’autres merveilleusement cachés, que seuls les itinéraires astucieux des organisateurs nous permettaient d’apercevoir.

 

Quel contraste entre la modestie des villes et villages et les imposantes constructions voisines ! Un exemple parmi tant d’autres : Lapalisse (3000 h) est dominée par un immense château, propriété de la même famille depuis le 15ème siècle.

 

Et enfin, les circonstances météorologiques : Eté pluvieux, certes, mais nous avons presque réussi à échapper aux averses : Le dimanche, la bruine nous a surpris vers midi, mais nous étions arrivés à la pause-ravitaillement, où nous avons pu nous abriter le temps que cela passe. Sur plus de 500 km parcourus, nous n’avons subi que 5 km sous l’orage (mais un beau), le dernier jour.

Nous avons même eu bien chaud par moments, mais une chaleur humide. La pluie avait la bonne idée d’attendre le soir : Les campeurs-caravaniers en ont quand même subi les conséquences dans leurs prés déjà bien inondés en début de semaine. Les tracteurs locaux ont bien travaillé pour les aider à sortir les véhicules embourbés.

 

St Pourçain est une petite ville : 5000 habitants . Bien sûr, les 12000 cyclos ne pouvaient y être logés : Comme beaucoup d’autres, nous habitions en dehors, à une vingtaine de km, ce qui n’a pas été un problème pour rejoindre les circuits choisis : Nous les prenions en cours de route, en en combinant éventuellement plusieurs, pour arriver à la distance voulue, tout en tenant compte du relief, et des prévisions météo, comme d’habitude plutôt pessimistes.

Et c’était mieux ainsi, car le seul jour où nous sommes partis effectivement de St Pourçain, les rues étaient passablement encombrées. Mais tout cela était bien sympathique quand même, et les commerçants locaux (et de toute la région) ne se sont pas plaints de cette semaine : Il suffisait de regarder l’affluence aux terrasses des cafés et restaurants.

 

En programmant de l’ordre de 100 km, cela nous laissait le temps de petites visites locales : Villages remarquables, très anciens mais également très bien conservés, châteaux de toutes tailles et de toutes époques, églises innombrables, viaducs ferroviaires (constructions Eiffel) sur des lignes souvent abandonnées.


Les églises, comme les bâtiments les plus humbles, sont souvent construite avec les matériaux locaux : Ainsi on trouve des églises dont les murs sont curieusement tricolores, car bâties avec des grès blanc, jaune ou rouge, donnant un aspect de peinture. Mais il existe aussi beaucoup d’églises dont les intérieurs étaient peints, et souvent encore en bon état.

Bien sûr, les édifices religieux majeurs ne manquent pas non plus : A Souvigny, le prieuré est un bel exemple de site clunisien, animé lors de notre passage par une gigantesque foire médiévale.

 

Nous avons également fait une incursion dans le Cher, et rencontré à Epineuil, la « Maison-école » d’Alain Fournier (Le Grand Meaulnes)

 

Bien sûr, nous avons été visiter Vichy, grande ville un peu étonnante au milieu de cette région agricole. Mais l’histoire de cette ville d’eau est toujours très présente : Les Thermes, les promenades , les jardins, le théatre et le casino : Tout cela évoque les années 1900… et aussi 1940…

Nous avons fait le plein des bidons avec de la «Vichy-Celestins»

 

Et parmi les découvertes insolites : Les sites miniers, dont on se rend compte en arpentant la France, qu’ils étaient très nombreux. Et dans l’Allier en particulier, la mine de Noyant-d’Allier, dont l’exploitation a cessé vers 1945, est encore équipée de ses installations : Chevalet, bâtiments impressionnants, machines, petit train de mine, et grands lotissement d’habitations : Des corons !

 

Et, curiosité dans la curiosité, une pagode, construite par les nombreux habitants d’origine indochinoise, relogés dans ces logements vides, après la guerre d’Indochine : Et maintenant, ce sont leurs descendants qui ont pris le relais.

ce site a été créé sur www.quomodo.com