2014-08 Voyage itinérant Bordeaux Sète

Etape 1

Partis de Meaux par le train de 7h44, avec tous les pauvres travailleurs qui reprenaient le chemin du bureau sous un beau soleil, nous sommes arrivés à Bordeaux à 12h42 comme prévu. Pendant ce temps Jacky et Pierrot avaient récupéré la camionnette et l'avaient chargée. Nous avons suivi leur progression par quelques appels téléphoniques.

Un peu surpris par la chaleur à notre descente du train, nous avons commencé par un petit casse croute dans l'une des nombreuses brasseries situées face à la gare puis nous avons entamé une longue visite à pieds de la vielle ville en découvrant tous les charmes. Pendant ce temps nos amis roulaient sans encombres. Puis retour à l'hôtel vers 18h dans un excellent timing puisque nous avons aperçu la camionnette qui arrivait en même temps que nous. Déchargement, sous la pression de la police municipale qui n'a pas trop apprécié notre stationnement pourtant conseillé par l'hoteliere ... 

Repas bien sympathique, servi par une charmante quoique assez inexpérimentée ukrainienne.

Toute petite promenade digestive pour tenter de trouver un peu de fraîcheur et ensuite tous le monde au lit pour être en pleine forme demain matin.




Etape 2

Départ à 8h30 de l'hôtel. Direction les quais de la Garonne sous un soleil déjà  radieux. Nous avons pu apprécier la qualité des pistes cyclables bordelaises déjà bien fréquentées en ce début de matinée. La lumière est superbe et éclaire les magnifiques bâtiments de la place de la bourse. Nous poussons jusqu'à la place des Quinquonces, haut lieu bordelais, avant de quitter la ville par le célèbre Pont de Pierre et la rive droite de la Garonne, tout cela par des voies cyclables bien fléchées et très bien entretenues.

Nous rejoignons rapidement la piste Roger Lapébie que nous ne quitterons pratiquement pas jusqu'à Sauveterre-de-Guyenne. Cette voies tracée sur une ancienne ligne de chemin de fer, sillonne la campagne, tantôt au milieu des vignes, tantôt dans les bois dont nous apprécions la fraîcheur. Paysages bucoliques, nostalgie de ce chemin de fer aujourd'hui disparu dont nous observons les vestiges, petites gares bien conservées et reconverties, maisons de garde-barrière rénovées, panneaux explicatifs retraçant toute cette histoire locale. Après un petit détour par l'abbaye bénédictine de La Sauve, nous rejoignons notre lieu de pique-nique. Sophie, la cousine de Brigitte, nous attend de pied ferme dans son jardin au milieu de l'immense vignoble. Il fait beau et chaud, nous sommes bien à l'ombre.

Nous reprenons notre route vers le but de notre journée, Sauveterre-de-Guyenne,  citée aux quatre portes et à la bastide entourée d'arcades, tout respire la quiétude et la douceur de vivre dans cette région de l'entre-deux-mers, la Toscane française à ce que l'on dit.

Nous rejoignons, après une belle côte, le gîte de "la pêche de vigne", notre villégiature pour ce soir. 71 kilomètre au compteur. Nous sommes chaleureusement accueillis par Eddy, le maître des lieux qui nous reçoit avec toutes sa générosité belge dans sa magnifique demeure.

Après une baignade réparatrice dans la piscine dominant les vignes et la vallée, il est déjà l'heure de notre dernière activité. Nous avons rendez-vous avec Monsieur de Ponton d'Amécourt dont deux des aïeuls furent maires de Trilport au 19ème siècle, mais aussi inventeur du mot hélicoptère et d'une première machine pour l'un d'entre eux. Il nous attend pour une dégustation commentée des vins de son vignoble, le Château de Bellevue, l'ambiance monte et les commentaires "éclairés" vont bon train.

Puis vient l'heure du repas qui est largement au niveau de l'accueil initial. Eddy et son épouse Rose sont aux petits soins pour nous.

Il est déjà 23h15, les paupières sont lourdes, demain sera un autre jour ... 

Etape 3

En route pour notre deuxième étape, dès le réveil nous sommes accueillis par un beau soleil et un ciel bleu azur qui ne nous quitteront pas de la journée.

Eddy et Rose sont déjà bien opérationnels ce matin et prêts à répondre au moindre de nos souhaits. Petit déjeuner généreux à l'image du repas du soir, nous allons pouvoir pédaler !!!

Sur le conseils d'Eddy, nous avons modifié un peu notre programme afin de profiter au mieux des curiosités de la "Toscane Bordelaise", nous rejoindrons donc notre circuit initial à La Réole, point de passage de la première étape de notre voyage 2011 de Sainte-Foy-la-Grande à Burgos sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Donc après le chargement de la camionnette et les au revoir d'usage, nous voilà partis.

La route serpente au milieu de vignes omniprésentes, le paysage est très vallonné,

Nous découvrons de superbes petits villages un peu endormis.

Castelmoron-d'Albret, fief de Jeanne d'Albret, l'un des plus petits village de France parait-il, jolies demeures, rénovées ou non, ses écuries royales. 

Nous poursuivons notre chemin pour découvrir deux magnifiques moulins dont l'un complètement fortifié à Bagas ce qui est plus rare.

Ensuite après La Réole nous rejoignons la voie verte le long du canal latéral à la Garonne, magnifique allée bordée d'une double rangée de platanes.

Un petit détour au Mas d'Agenais pour découvrir un belle halle au blé du XIV s et une église romane du XII s où à notre grand étonnement nous découvrons un tableau de Rembrandt "la crucifixion du Christ". 

Nous poursuivons jusqu'à Damazan, notre but du jour, avec sa jolie bastide aux maisons peintes.

Quelques petites routes tortueuses et un belle côte pour rejoindre notre gîte et préparer notre repas, car ce soir c'est nous qui sommes de cuisine !!! Nous dînons sur la terrasse et c'est bien agréable.

Etape 4

Ce matin petit déjeuner à 8h30 et silence dans les rangs ça ne se discute pas, notre logeuse un peu rugueuse à l'arrivée hier soir s'est un peu adoucie. Nous ne sommes pas une horde de sauvages ... Petit déjeuner sympa et après discussion, il s'avère que notre hôte de ce soir est le cousin de son compagnon ... Beau temps et ciel tout bleu au départ, mais caprices de la météo 2014, malgré des prévisions optimistes nous aurons de tout aujourd'hui ; de la brume en franchissant les crêtes vers Nérac, du ciel orageux en déjeunant à Bruch, quelques gouttes humectantes en reprenant le canal latéral à la Garonne, du soleil à nouveau et un ciel plombé en fin de journée,

Nous voilà donc en route vers Nérac, après quelques kilomètres le long du canal, nous le quittons pour franchir quelques belles côtes, arrivée superbe surplombant la vielle ville, son château, ses belles maisons à colombages et les quais le long de la Baïse où l'on imagine bien les gabares amarrées. Nous pointons nos cartes BCN et notre carte de voyage itinérant.

Ensuite départ pour Bruch afin de rejoindre le canal, Nérac est au fond d'une vallée... Une belle côte sous un soleil piquant nous le rappelle. Parcours bien vallonné jusqu'à Bruch. Nous y retrouvons Pierrot qui s'est dispensé de Nérac mais nous a trouvé un petit restau sympa d'un excellent rapport qualité / prix et bien agréable. Bruch est une jolie petite bourgade fortifiée avec une très belle halle à la charpente rayonnante extraordinaire et un superbe donjon.

Nous reprenons ensuite le canal qui cette fois n'est plus bordé de platanes mais parfois de peupliers, nous rejoignons Agen et son très long pont canal au dessus de la Garonne. Il est toujours étonnant de voir de tels ouvrages d'art construits au XIXéme s avec les moyens de l'époque.

Nous poursuivons notre chemin jusqu'à Pomevic découvrant au passage quelques châteaux et petites auberges le long du canal, ainsi que d'énormes cultures de kiwis.

Là, les choses sérieuses commencent il faut rejoindre notre gîte haut perché, nous le savions et ça se confirme ... Ça se mérite ... Nous y arrivons vers 19h après un bel effort : 100 km au compteur.

Nous sommes accueillis par Aline et Christian qui dès notre arrivée, nous proposent un rafraichissement bienvenu.

Le gîte est rustique / confortable.

Repas du soir "paysan" pris en commun, excellent, Aline est vraiment un cordon bleu. Après la soupe certains s'initient  au traditionnel chabrot (reste soupe et vin rouge bu à même l'assiette) et en fin de repas certains testeront le vin rouge-café ...

Au cours du repas Christian nous parle de son exploitation de céréales bio en assolement sur 5 ans, des cultures et traditions locales et en particulier de la production du pruneau d'Agen et du raisin de table, le célèbre chasselas de Moissac. Une soirée riche et agréable.

Etape 5

Après une bonne nuit au calme dans la campagne, petit déjeuner campagnard, grosses tranches de pain, confitures de prunes et pruneaux locales, café à la casserole et lait entier de la ferme, nous voilà partis. Sur les conseils de notre hôte, plutôt que de redescendre directement vers le canal nous restons sur les collines, nous traversons des vergers, des vignes de chasselas de Moissac, pour rejoindre Boudou et son magnifique point de vue sur le confluent de la Garonne et du Tarn, malgré le ciel un peu gris, le spectacle est magnifique. Hélas la visibilité n'est pas suffisante pour voir les Pyrénées. Puis nous plongeons vers Moissac, par une descente superbe.

Moissac et sa très belle abbatiale romane, jolie petite ville au grand passé historique. Nous rejoignons ensuite le canal latéral à la Garonne et notre itinéraire. 

Au bout de quelques kilomètres nous découvrons la pente d'eau de Montech ( http://www.canaldumidi.com/Tarn-et-Garonne/Montech/Pente-d'eau-de-Montech.php), dispositif assez pharaonique destiné à hisser ou descendre les bateaux et leur éviter un bon nombre d'écluses.

Après le pique-nique nous reprenons notre chemin, nous quittons momentanément le canal pour Grenade, ville bâtie avec des rues à angle droit selon le classique plan d'une bastide, nous y découvrons une immense halle médiévale qui présente la spécificité d'avoir à mi-hauteur une immense salle suspendue sous les toits.

Nous repartons vers Toulouse but de notre étape, par le canal et sa piste que nous quitterons à quelques dizaines de mètres de notre hôtel ... Pratique !!! Toulouse est une véritable ville cyclable.

Etape 6

Aujourd'hui journée visite

 

Soleil éclatant et "grasse matinée", nous quittons l'hôtel à 9h15 pour une visite à pieds de la ville rose dont le surnom n'est pas usurpé tant il y d'édifices en briques. Nous parcourons la vielle ville dans tous ses détails, la place du Capitole, la cathédrale St. Sernin, la Daurade, le monastère des jacobins  et tant d'autres choses.

Puis l'après-midi, changement de décors, nous partons en métro et tramway pour la visite de l'usine Airbus, et plus particulièrement ce qui concerne l'A380. Pas facile à trouver ...

Visite instructive et intéressante. Pas de photos car nos appareils sont confisqués avant le départ. on ne badine pas avec la sécurité.

Tout est gigantesque ici.                                                

Retour à l'hôtel vers 20 h, c'est plus fatigant qu'une journée de vélo !!!

Etape 7

En ce dimanche, nous commençons la journée par une visite de Toulouse à vélo. C'est un vrai plaisir tant les itinéraires cyclables sont nombreux. Cela nous permet d'élargir les visites effectuées à pied hier. Par contre la soirée du samedi a dû être "chaude" dans le centre ville, beaucoup d'éclats de verre nous font craindre les crevaisons, il n'en sera rien. Certains fêtards sont encore aux terrasses des cafés, Il fait un soleil magnifique. Nous profitons de la ville calme et encore un peu endormie.

 

Après ce périple citadin nous prenons la direction de Villefranche-de-Lauragais notre étape de ce soir. Rien de plus facile, il suffit d'emprunter la belle piste cyclable du canal du midi pour quitter la ville. Nous ne sommes pas seuls, beaucoup de Toulousains avec leur vélo ou les "vélib" locaux font de même. Quelques guinguettes aux terrasses pleines le long du parcours. Ces belles pistes en ville ou aux alentours nous rappellent un peu l'Allemagne. Elles nous font rêver, nous autres franciliens qui n'en profitons guère. Imaginons les mêmes aménagements le long du canal de l'Ourcq, de la Marne…

 

Nous suivons cet itinéraire jusqu'à quelques kilomètres de Villefranche.

 

Nous arrivons dans un hôtel vide et fermé comme prévu le dimanche soir. Nous poussons une petite porte dérobée, les clés de nos chambres nous attendent ... Il fallait le savoir !!!

 

Le soir agréable repas dans un restaurant asiatique, tenu par un ex-habitant de Saint-Thibault-des-Vignes, nous sommes choyés. Retour nocturne par la rue principale d'une ville que nous n'aurons guère vue animée.

Etape 8

Après une bonne nuit, notre hôtel s'est réveillé, un bon petit-déjeuner nous attend. Quelques achats avant de partir, notre hôte est un spécialiste du cassoulet comme en témoignent les nombreux commentaires auxquels nous nous fions.

 

Finalement les rues de Toulouse auront peut être laissé quelques traces, au moment de partir, la roue avant du vélo de Patrick est à plat. Nous partons sous un ciel mitigé. Plus de canal, désormais, la piste du canal du midi est impraticable pour nos vélos. Nous quittons donc la vallée, une belle côte d'entrée de jeu pour rejoindre le plateau, belle vue sur de beaux paysages, la terre est étonnamment jaune, route bien vallonnée. Nous arrivons au seuil de Naurouze (plus connu sous le nom de seuil du Lauragais), c'est la ligne de partage des eaux entre l'Atlantique et la Méditerranée, mais surtout, siège de l'Obélisque dédié à Pierre-Paul Riquet concepteur du canal du midi qui ne vit jamais son œuvre achevée. Les paysages, l'architecture et la flore ont changé, nous sommes dans le midi. Nous rejoignons Castelnaudary, son beau petit port le long du canal et ses nombreux restaurants proposant le célèbre cassoulet, nous résisterons pourtant il est midi !!!

 

Nous poursuivons notre route, le ciel se charge. Nous trouvons un endroit pour le pique-nique, tout le monde se met à tâche. Quelques gouttes que nous sous-estimons, puis le déluge qui nous oblige à un repli stratégique et précipité dans le camion, deux devant et huit dans le fourgon, la pluie tambourine et le tonnerre gronde pendant une demi-heure. Enfin nous pouvons ouvrir la porte, une mare d'eau en aval, ce que nous n'avons pas eu le temps de rentrer baigne ou flotte ... L'essentiel ayant pu être sauvé, nous poursuivons notre repas, des escargots sortis de nulle part, tentent de s'attaquer à notre pitance. 

 

Un peu craintifs nous poursuivons notre route, le ciel est noir, le soleil revient peu à peu et nous accompagne dans la rude montée vers Montréal. En raison des conditions climatiques, nous décidons de renoncer à la route des crêtes, nous rejoindrons Carcassonne par la vallée. L'orage nous précède mais nous y échappons. Arrivée vers Carcassonne un peu laborieuse, aucune piste. Nous décidons de rejoindre directement la célèbre cité, belle montée mais belle récompense, le site est splendide et la lumière de fin d'après-midi idéale. Nous constatons les stigmates du très violent orage (nous le saurons plus tard) qui s'est abattu sur la région, très importantes coulées de boue. Nous flânons avant de rejoindre notre hôtel, des touristes russes de Saint-Petersbourg demandent à nous photographier avec nos maillots MCT ... Le club va être connu de ce côté ...


Etape 9

Nous quittons Carcassonne, sous un beau soleil, l'absence de pistes cyclables se confirme, la sortie est laborieuse. Nous rejoignons le vignoble du Minervois, nous traversons le parc naturel des marais asséchés de Marseillette. Nous jouons à cache-cache avec le canal du midi sur lequel le trafic fluvial est important. Il fait chaud ... Très chaud même. A notre gauche les contreforts de la Montagne Noire, à notre droite les monts du Minervois, les vignes sont à blanc d'eau. Nous passons par le joli site de Le Somail, important port sur le canal et très beau pont. Nous empruntons un itinéraire d'anciennes routes à la limite du carrossable, mais au moins il n'y a pas trop de circulation. Par contre cela aura raison des pneus de Bernard, double crevaison à Bise-Minervois !!! Nous entamons la double montée vers notre but, entrecoupée par le passage dans l'Hérault département ultime de notre périple. Il y a du relief, les cigales nous accompagnent en cette fin d'après-midi. Une petite descente et hop une belle remontée au milieu de la garrigue et des murettes de pierres, nous sommes seuls au monde. Magnifique descente vers Saint-Chinian ... Mais notre hôtel est de l'autre côté de la vallée !!! Belle récompense à l'arrivée, la vue sur les contreforts des Cévennes est superbe et surtout la piscine nous attend, il ne faut pas beaucoup de temps pour que nous nous y retrouvions presque tous. Repas sous les mûriers-platanes, ça sent bon le sud.  

Etape 10

Ciel limpide et beau soleil dès le réveil, nous profitons du spectacle qui s'offre à nous depuis nos chambres. La journée va être chaude. Un petit arrêt à la cave des vignerons de Saint-Chinian s'impose, pas facile de déguster à 9h du matin ... Quelques achats.

 

La route se poursuit au milieux de beaux paysages de garrigues et de vignes, la route est vallonnée. 

 

Jolis villages bâtis sur le plan de la circulade (au milieu l'église et/ou le château et autour des constructions et des rues concentriques) comme par exemple à Puissalicon. Bien entendu ces villages sont souvent sur des pitons rocheux et la visite se mérite.

 

Catherine qui est au volant, nous dégotte une petite pizzeria au cœur de Servian, il fait très très chaud, nous négligeons les tables gentiment dressées par le pizzaïolo pour manger à l'ombre sur les marches de l'église. Le village a subi de très fortes intempéries, l'avant-veille.

 

De là, nous redescendons petit à petit vers la bande côtière, en raison de la chaleur nous devons refaire le plein d'eau. Nous longeons l'Hérault par une magnifique petite route bordée d'énormes platanes. Nous rejoignons Marseillan, puis Marseillan-plage et ses nombreux campings, hôtels et résidences de vacances, heureusement la saison est presque terminée et il n'y a plus trop de monde. Nous traversons une dernière fois le canal du midi, arrivé ici à son terme, coincé entre l'étang de Thau et la mer que nous commençons à apercevoir. Une très belle piste cyclable entre mer et étang nous permet de rejoindre Sète, nous admirons le Mont Saint-Clair magnifiquement illuminé par la lumière de fin d'après-midi. Par contre rejoindre notre hôtel ne fut pas forcément facile en raison des nombreux canaux sétois et du côté un peu labyrinthe de cette ville. Nous dormirons face au port ce soir, la vue est superbe.  Repas dans un des nombreux restaurants du port sur les conseils de notre hôtel, attention aux pièges ..., très bons accueil et repas, en compagnie de Michel, un cousin de Patrick et de sa fille.

 

Sète jumelée avec la ville allemande de Neuburg-an-der-Donau, terme de notre voyage de l'an dernier, la boucle est bouclée.

Etape 11

Le soleil se lève sur le port le spectacle est superbe.

 

Tout le monde est au petit-déjeuner, nous avons rendez-vous avec le Guidon Sportif Sètois que Jacques avait contacté pour un circuit découverte autour de l'étang de Thau. Ils arrivent à notre hôtel à 8h30 pour sympathiquement nous saluer, certains partent pour leur circuit du jeudi et les deux Francis se sont portés volontaires pour nous accompagner et surtout nous guider dans le dédale des routes et des  pistes cyclables, ils s'acquitteront parfaitement et avec une grande gentillesse de leur mission. Un grand merci à eux et à leur club. Ils nous entraînent dans un circuit qui nous permettra de découvrir, les célèbres parcs à huîtres et à moules de Bouzigues, une lagune avec des flamands roses, le vignoble de Pinet et son célèbre vin blanc le Picpoul de Pinet.

 

Nous traverserons également le village "Pomerol" (en fait Pomérols) ... Nous ne sommes plus dans le bordelais.

 

Nous repassons par Marseillan et le Lido, bande de sable entre mer et étang qui relie Marseillan et Sète sur 13 km de plage. Certains ont pris leur maillot de bain et ne résistent pas à l'envie de baignade dans la grande bleue, les températures de l'eau et de l'air sont idéales pour en profiter, un petit repas de moules - frites - bière dans une paillote le long de la plage viendra couronner le tout.

 

Nous reprenons la route et insatiables, certaines lancent l'idée de l'ascension du Mont Saint-Clair ... Nous ne le regretterons pas pour la magnifique vue à 360° dont nous profiterons, quant à la montée, elle fut courte (1,6 km) mais bonne, 10,8 % de moyenne et des passages à 20 % !!!

 

Retour à l'hôtel après une belle journée de "tourisme" de 65 km tout de même.

Etape 12 & Fin

Tout a une fin ... Pierrot nous a dit hier soir "chargement du camion à partir de 7 h". Tout le monde est au rendez-vous, le ciel bleu et le soleil également. Tout rentre, y compris les achats complémentaires !!! Il faut dire que la procédure est bien rodée.

 

7h45 Pierrot et Jacky nous quittent. Les 8 restants terminent leur petit déjeuner, réunissent leurs affaires et direction la gare de Sète, non sans faire quelques photos dans la belle lumière du matin. Le train régional nous conduit rapidement à Montpellier. Aucune voiture dans le centre-ville, mais pas mal de monde et des tramways dans tous les sens. Nous nous dirigeons vers la place de la Comédie (une des plus grandes d'Europe). Nous retrouvons Michel, le cousin de Patrick qui nous accompagnera jusqu'à notre départ. Nous décidons de jouer les touristes et de visiter le centre historique en petit train. Nous découvrons les très petites rues dans lesquelles nous passons juste, les vestiges de l'ancienne et célèbre université de Montpellier. Pour déjeuner, Michel nous entraîne  vers les berges du Lez en traversant le quartier d'Antigone, assez curieux avec ses immeubles modernes néo-classiques au style un peu pompeux, débouchant sur l'imposant palais de région, de l'avis de tous cela fait un peu mégalomane. il fait très beau et chaud mais la tramontane tempère un peu. Le temps passe, l'heure du départ approche, nous regagnons la gare pour prendre notre TGV Ouigo à destination de Marne la Vallée que nous atteindrons à l'heure prévue.

 

Les courageux Jacques et Bernard sont attendus par Jean-Michel pour participer à une réunion du CODEP, les autres regagnent leur domicile dans les taxis prévus.

 

Il ne restera plus qu'à récupérer les bagages et vélos chez Pierrot et Cécile samedi matin et à mettre en ordre les souvenirs et les photos de ce beau voyage.
ce site a été créé sur www.quomodo.com