2016 Ascension Saint Savinien (17)

Sur les routes de Charente-Maritime


La semaine de l’Ascension 2016 a rassemblé 25 personnes à Saint-Savinien-sur-Charente, aux « Chênes verts », village hôtel  au personnel  à notre écoute. Nous y avons logé dans de petites maisons coquettes  et confortables. Un seul regret : la piscine que nous n’avons pas pu étrenner vu la température des lieux. Nous avons néanmoins eu beaucoup de chance : pas une goutte de pluie, ou si peu, et une température qui est allée en s’élevant. Une ombre au tableau : un vent persistant et tournant qui a transformé quelques fins de parcours en galère.


Malgré cela, et malgré les quelques côtes-surprises, ce fut un séjour qui a tenu toutes ses promesses. Bien sûr, nous avons découvert à vélo les richesses patrimoniales de Surgères, de Saint-Jean-d’Angély et de Saintes, mais nous avons surtout emprunté des petites routes au maillage serré, parfois herbeuses et cahotantes, qui traversaient des villages tantôt riants, tantôt sentant l’abandon ; peu de voitures, mais peu d’indications, cela permettait de se perdre et de s’arrêter au carrefour pour s’orienter en lisant la carte. Au total, 300 à 600 kilomètres ont été parcourus au grand plaisir de chacun.


En suivant les 6 parcours proposés, nous avons roulé au milieu des colzas, des blés en herbe, des marais, des vignes bourgeonnantes.  Des châteaux jalonnaient nos routes, de toutes les époques, construits au bord des rivières : Boutonne ou Charente. Nous avons admiré les églises aux chevets équilibrés, éblouissants sous le soleil du matin ; leurs portails nous ont présenté le « catéchisme » saintongeais : à nous de reconnaître les vices et les vertus, les vierges folles et les vierges sages, symboles déclinés de multiples façons au milieu des dentelles de pierre végétales. Nous avons aussi  tous vécu un moment hors du temps : le chant grégorien interprété par le guide d’Aulnay, emplissant les voûtes de ce monument du patrimoine de l’Unesco.


Les plaisirs terrestres nous ont également donné rendez-vous : les pique-niques du midi, rassemblant  tout le monde, étaient de qualité, comme les repas du soir ; et que dire des huîtres, moules, glaces, du pineau et du cognac dégustés à la Cayenne, à Brouage, dans un chai ou au village-vacances !! Des moments de partage toujours bien appréciés !


Ce séjour a permis aux « filles » de « Toutes à Strasbourg »  de se tester ; à Catherine Fayon de nous narguer dans les côtes du haut de son engin électrique, à Josée de sortir de sa solitude, de ressentir l’affection du groupe, et à nos vaillants anciens de nous montrer de quoi ils sont encore capables. 

Geneviève

 

ce site a été créé sur www.quomodo.com