La Reblochon 06-07 juin 2013

Reblochons à Thônes

C’est l’histoire d’un week-end voulu de longue date par Hervé Chavin. Faisant suite à la cyclo-montagnarde du Vercors et au voyage itinérant dans les Pyrénées, ces 2 jours prolongent une année riche en cols et paysages grandioses.


Tous réunis le samedi 6 juillet à midi, nous sommes une douzaine de cyclos accompagnés par Marie-Catherine Chavin et Dominique Lehmann à prendre notre pique-nique dans un chalet, juste au-dessus de Thônes, gentiment prêté par le fils de la présidente du club local, organisateur de cette randonnée. La plupart des membres de la bande y loge, 3 autres étant installés dans l’immeuble d’Hervé à Saint-Jean-de-Sixt à 8 km de là.


L’après-midi, nous  effectuons une sortie de 50km préparée par Hervé. Escaladant  le col des Marais puis celui des Essserieux, nous longeons le lac d’Annecy et ses eaux turquoise grâce à une piste cyclable digne de l’Allemagne.  De nombreux baigneurs apprécient, mais la plage coincée au bord de  la route très fréquentée n’offre que peu de place. Nous quittons le lac à Talloires pour grimper brutalement vers Menthon-Saint-Bernard et son château dominateur. Le BCN local a peu de succès malgré les précautions d’Hervé nous l’ayant signalé. La montée suivante nous conduit au col de Bluffy. De là, la large route descend en pente douce jusqu’à Thônes, passant devant l’émouvant cimetière aux bégonias rouges rappelant le sacrifice des maquisards début 1944.


Nous nous retrouvons tous dans une auberge de Thônes où l’ambiance fort  joyeuse est souvent  ponctuée par le rire explosif de Dominique. Mais il faut se séparer tôt car le rendez-vous est fixé à 6h30 le lendemain.


Tout le monde est là ; les inscriptions sont rapides. Mais le pneu arrière du vélo d’Hervé ne résiste pas à son gonflage énergique. Panique passagère assez vite maitrisée. Me doutant que ce départ retardé ne me laisserait aucune chance, je pars tout seul devant. En plus, ayant seul choisi le parcours dit « Reblochonnet » (80km), j’ai tout le temps devant moi. En fait, je ne verrai mes petits camarades qu’aux contrôles, eux repartant au moment où j’arrive. Je longe le défilé de Dingy et me dirige vers La Roche-sur-Foron parmi les gras alpages, traversant des bourgs baignés de soleil. Le col des Fleuries, le bien nommé, passé, la belle descente m’amène au contrôle de Saint-Sixt.  Quelques hectomètres après, je vire plein sud dans les gorges des Eveaux jusqu’au Petit Bornand.  Puis ce sont les Etroits qui m’amènent au Grand Bornand, lieu du 2ème contrôle.  Très long détour pour y accéder, mais les hameaux traversés sont pittoresques, et le casse-croûte au reblochon délicieux. La fin du parcours transite par le col de Saint-Jean-de-Sixt (oui, il existe !) puis longue descente jusqu’à Thônes.  L’affaire est bouclée à 12h30, mais les jambes plutôt lourdes s’en contentent bien !


Mes camarades plus téméraires ont choisi le « Reblochon » (105km) ou le «Reblochon fermier » (135km). Mais le menu du matin très copieux avec la montée de Romme et le col de la Colombière a semblé en rassasier beaucoup et ils ont mis la flèche à droite pour regagner Thônes un peu plus tôt.  Seul, Nicolas, éternel baroudeur, a ajouté à son programme déjà chargé la montée du Mont-Saxonnex dont l’église surplombe la vallée de l’Arve à Bonneville. Il arrivera vers 17h30.


Le MCT est honoré par le prix du club le plus éloigné. En guise de remerciements pour leur accueil, un Brie de Meaux leur est remis officiellement par Hervé. Nous les invitons à venir nous rendre visite pour un futur Montapeine.


La soirée finale est grandiose avec un apéro de grande classe chez Hervé et Marie-Catherine (merci beaucoup à eux !) puis un dîner très agréable dans une auberge près du lac des Confins  au-dessus de la Clusaz où la joie et la détente concluent ce beau week-end de la meilleure des manières.


                                                                                            Jacques Leguay

Les Etroits a Entremont.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com