Raid Meaux - Cannes

Raid Meaux – Cannes par les cols mythiques des Alpes

 

A l’invitation de l’ESC Meaux, nous sommes 3 membres du MCT parmi 9 cyclistes inscrits à oser participer à cette aventure sportive (lutter face à soi-même gratuitement, sans gloriole) et humaine (s’aider, s’encourager, se respecter, …. dans la difficulté).

L’organisation s’est appuyée essentiellement sur Patrice Balliot (itinéraire, résa hôtels, sponsors, …) et Jean-Michel Florek (logistique, ravitaillement), Jean-Christophe Gagnadoux pour l’animation photos sur Face de Book.

 

Les participants :

- Patrice, le GO et l’arracheur de développement 39X25 dans les cols,

- Jean-Michel, le leader sportif, l’endurant, bref Terminator qui, mine de rien, surveille tout ce qui se passe pour le bien de tous,

- Jean-Christophe, le photographe qui alimente « face book Meaux Cannes » toutes les deux heures et celui qui se découvre grimpeur,

- Annick, la ténacité, le mental, bref la guerrière, comme on la connaît, elle ne lâche rien et s’accroche comme un poux,

- Valérie, la niac, l’amour des cols de Tarentaise à la Maurienne, la découverte des Alpes du Sud, attention José elle te prépare des nouveautés,

- Jean-Marc, le calme, le rouleur-grimpeur-descendeur, bref le polyvalent qui ne donne pas sa part au chien, tant pour rouler devant que pour se restaurer le soir, 

- Mario, le grimpeur né, le descendeur pas né, ne se lave que sous la douche, pas sous la pluie, l’humour de nos courtes soirées,

- Jean-Claude, il découvre les étapes successives et surtout les cols, se met dans le rouge dès la première étape, il récupère, il s’accroche, il s’arrache, bref il va au bout de lui-même et du périple,

- Christian, le narrateur, apprend à ses propres dépens la diététique déséquilibrée … des pâtes oui mais des patates c’est bien aussi. On apprend toute  sa vie.

- Jojo le conducteur du minibus/remorque sans qui rien n’aurait pu se faire. Au four et au moulin, à nos petits soins ; il en a fait des manœuvres pour maximiser l’accompagnement de chacun. Merci Jojo pour ta bonne humeur et ton dévouement.

 

Les étapes :

1)   Meaux – Avallon 214Km/9H00 de vélo/D+ 1800m

Etape se déroulant sous forte pluie vent de face. Rien d’autre à dire, sauf qu’il faut garder le moral.

 

2)   Avallon – Bourg-en-Bresse 215Km/9H00 de vélo/D+ 2200m

Longue montée jusqu’à Quarré les Tombes, il  pleuviote; puis la traversée vallonnée du Morvan. Que la campagne est belle !!! Accueil des habitants de Viré-en-Bourgogne avec banderole et enthousiasme. On pourrait se croire au Tour de France. Super sympa la famille d’Estelle et un cœur grand comme leur vignoble.


 

A Viré-en-Bourgogne dans les vignes des parents super accueillants d’Estelle

 

Bourg-en-Bresse – La Clusaz 171Km/9H de vélo/D+ 3000m avec le difficile col du Cendrier, puis successivement les cols de Berche, de la Rochette, de Richemont, les 6 Km durs de la montée sur Droisy. Tout le monde s’accroche lors de cette traversée du département de l’Ain. Après Annecy et son célèbre lac, c’est la montée sur Thônes, St-Jean-de-Sixt (pays des Chavin) et La Clusaz. Une surprise nous attend avec le très difficile accès à notre hôtel Azuréva sur 4Km dans la haute vallée des Confins. 

Voilà une journée qui laissera des traces sérieuses. 

   


Le minibus et la remorque sur le parking d’Azureva aux Confins de la Clusaz

Nous goûterons un repos bien mérité face aux Aravis

 

3)   La Clusaz – Val d’Isère 120Km/8H00 de vélo/D+ 3700m par le magnifique col des Aravis (7Km) puis les cols des Saisies (16Km), Le Cormet de Roselend (20Km) et la montée sur Val d’Isère (18Km).

De nouveau j’ai le même problème technique avec mon vélo qu’il y a un mois, soit un bruit de roulement effroyable au-delà de 35Km/h. Je suis obligé de pédaler dans les descentes pour éviter ce problème, ce qui devient dangereux dans les courbes. Le vélociste de Bourg-St-Maurice effectue les interventions pour que je puisse terminer mon périple. Annick y fera régler sa potence et Jean-Christophe son dérailleur. Notre hôtel se situe un peu avant Val d’Isère avec une vue magnifique sur le lac artificiel de Tignes (qui recouvre l’ancien village de Tignes).



Col des Saisies – Annick et un vélo sur mesure à la hauteur de sa pugnacité

 

4)   Val d’Isère – Valloire 105Km/6H00 de vélo/D+ 2000m par le col de l’Iseran en Tarentaise (18Km/Alt.2770m) dans la bruine et descente sous des hallebardes et parfois la grêle, puis le Télégraphe en Maurienne (12Km). Jusqu’à présent et malgré le mal aux jambes, bon gré mal gré je suis le périple. Mais ce jour-là dans la montée de l’Iseran je n’ai plus de force. En fait, je me retrouve probablement en hypoglycémie réactive à une abondance de sucre lent. Bref je stoppe deux jours de suite pour bien récupérer et surtout retrouver une diététique mieux adaptée en mangeant des « patates » au lieu des pâtes journalières. Annick et Valérie dont le courage n’est plus à démontrer poursuivent avec ténacité la route par vent, pluie ou grêle. Jean-Michel commence à avoir mal aux jambes. C’est un signe que les étapes successives font des dégâts.


L'Iseran, la pluie, le froid, les sourires malgré tout



Enfin des patates, marre des pâtes


5)   Valloire – Jausiers ou l’étape mythique avec les cols du Galibier, de l’Izoard et de Vars 150Km/8H00 de vélo/D+ 3800m

Le Galibier 18Km à partir de Valloire est tout simplement magnifique : une très belle vallée fleurie dans le bas avec son torrent tumultueux et une arrivée majestueuse au milieu des névés. La vue au col est fantastique sur le massif des Ecrins qui culmine à 4100m.

L’Izoard est toujours aussi beau (18Km). Dans la descente, les gorges sauvages du « guil » dans le Queyras impressionnent les cyclistes. 

A partir de Guillestre, c’est la montée du col de Vars (20Km) dans la fournaise. Ce col ne laissera pas un souvenir impérissable.



Floraison et torrent dans le col du Galibier

 

6)   Jausiers – Castellane 110Km/5h de vélo/D+ 1300m par les 18Km du col d’Allos. Très beau col par ce versant de Barcelonnette. Ensuite longue descente par la station d’Allos, puis en faux plat descendant jusqu’à St-André-des-Alpes. Un fort vent de face ralentit notre progression. Nous atteignons Castellane en suivant le magnifique lac turquoise de Castillon.

7)   

J                          Jean-Michel                                                                 Annick                                                                 Christian

J


Castellane – Cannes 120Km/5H de vélo/D+ 1100m

L’arrière-pays de Fréjus et de Cannes est fait pour les cyclistes (soleil, belles routes, paysages de toute beauté, villages à découvrir, vallées, sommets, massif de l’Estérel, corniche de l’Estérel, …).

L’accueil de l’Entente Cycliste de Cannes est très sympathique (arrêts sur les belvédères, les marches du festival, collation à la pissaladière et quiches arrosées de champagne, ou cidre ou …).

Discours du maire de Cannes, échange des armoiries entre Cannes et Meaux, remise d’une roue non pas de bicyclette mais de Brie aux cyclos cannois.

 

Fin de l’aventure et commentaires



Nous sommes tous euphoriques d’avoir participé à cette aventure sportive difficile alliée à une aventure humaine pleine d’émotions.

Je pense pouvoir dire que les membres du MCT ont parfaitement représenté leur club. Vous pouvez être fiers de votre « guerrière » et de Jean-Michel.

Merci à Patrice Balliot et Jean-Michel Florek de nous avoir permis de participer à ce raid.

Comme dit Jean-Michel, l’incroyable, c’est peut-être l’humeur positive et bienveillante des membres du groupe malgré des efforts sportifs répétés et usants qui bien souvent exacerbent les caractères.



Tous les masos de ce périple sont prêts à recommencer …. La traversée des Pyrénées ou autres …

 

 

Que la force continue d’être avec nous, je lève les yeux aux ciels et mon Alan, notre Alan se dessine entre les nuages par un cœur grand comme personne ne peut l’imaginer. Paix à toi notre Alan et Fraternité pour l’Eternité.

 

 

 

Votre narrateur Christian, 60 ans et heureux comme à 18 ans avec le maire de Cannes et Jean-Marc.

ce site a été créé sur www.quomodo.com