Il était une fois un périple entre Vosges et Jura
 
Bonjour à tous,
Il n’est jamais trop tard… surtout quand c’est pour bien faire…voici donc un résumé du périple qui a conduit 9 d’entre nous de Strasbourg à Chambéry en passant par les Vosges et le Jura.
La semaine qui a précédé le départ, pluvieuse à souhait, nous avait fait craindre un festival de capuches et autres imperméables… de plus, le transfert des cyclos de Meaux à Strasbourg en TGV un jour de grève n’avait rien de garanti…malgré tout, l’optimisme était de rigueur.
 
Etape 1 : Strasbourg/Colmar, 108km, 1062 D+, une bonne mise en jambes.
Le matériel était sur place depuis la veille au soir, de même que les deux convoyeurs (qui en ont profité pour goûter aux spécialités locales … non non, ce n’est pas moi qui ai dit choucroute.)  Le reste de la troupe est arrivé à 8h45 en TGV !!!
A 11h tout le monde était en selle. Et hop c’est parti !
Après la SNCF, le 2eme miracle de la journée… LA METEO ! Incroyable, nous avons fait 110 km sans une goutte de pluie. La montée vers le château du Haut Koenigsbourg constituant la seule bosse du parcours est passée sans difficulté et tout le monde s’est retrouvé à l’hôtel à Colmar pour une bonne soirée de récupération (surtout pour ceux qui s’étaient levés aux aurores)
 
Etape 2 : Colmar/Masevaux  96 km, 2390 D+
Tiens tiens, c’est bizarre, il y a moins de km et plus de D+
Les choses sérieuses commenceraient-elles ?  Que de ballons !!! Gewürztraminer (non ! c’est vraiment pas sérieux) mais surtout petit et grand ballon à la suite. De quoi s’affûter les mollets tout en appréciant les somptueux paysages des Vosges.
La journée se passe sans encombre sous un ciel mitigé, mais toujours sans pluie. On notera toutefois la surprise du chef (je parle d’Openrunner bien sûr…) qui nous fait emprunter une route à côté de laquelle Chambry Etrépilly passe pour du velours.
L’accueil au camping « les rives de la Doller » à Masevaux est très chaleureux, nous en apprécions d’autant plus la nécessaire phase de réhydratation (boisson régénérative à base de houblon…) sitôt descendus de nos vélos.
Après l’installation dans nos chalets, douche, lessive des tenues…tous à table et ensuite, la fatigue des ascensions du jour aidant, extinction des feux rapide. Bonne nuit les petits…
 
 
Etape 3 : Masevaux/Montbéliard  114 km  2355 D+
De mieux en mieux… même si à la sortie du camping un faux plat montant nous conduit au pied de la première difficulté du parcours, nous allons devoir enchaîner dans la journée…le ballon d’Alsace, le ballon de Servances, et… la planche des belles filles !!! Rien que de l’écrire, j’en ai encore les mollets qui picotent.
Bizarrement, les candidats à la conduite du camion ne manquent pas…on se demande pourquoi ?
Ils seront peu nombreux dans le groupe à pouvoir lire la pancarte indicative de ‘’la planche des belles filles’’ située sur la ligne d’arrivée après une rampe de 200m à 22%
Ou alors…certains étaient bien informés que les belles filles n’étaient pas là aujourd’hui et donc par conséquent…
La soirée à l’hôtel sera calme et réparatrice après l’étape la plus dure depuis le début de l’aventure.
 
Etape 4 : Montbéliard/Hauterive   116 km  2513 D+
Une étape sans ascension spectaculaire mais une ribambelle de ‘’coups de cul ‘’ juste là pour vous rappeler que les bosses de la veille avaient laissé des traces et que les jambes étaient encore ‘’dures’’
La météo s’améliore de jour en jour et la chaleur s’installe mettant encore un peu plus les organismes à contribution.
Heureusement, la soirée à l’auberge de la perdrix allait vite faire oublier la lourdeur des jambes.
D’abord, ma fille Sarah nous faisait le plaisir d’une visite en voisine, pour partager les spécialités franc-comtoises du patron, mais surtout nous devons à ‘’Sainte Claude’’ une animation improvisée qui aura laissé des traces  dans les zygomatiques tant ils ont été mis à contribution.  Cette chère dame qui dînait tranquillement à une table voisine en compagnie de son mari et de ses enfants a soudain été prise d’admiration pour le périple que nous réalisions et qui, apprenant que notre prochaine étape nous conduisait à St Claude se fit un devoir de venir à notre table pour nous briefer sur différentes choses… à commencer gentiment par la manière de faire une photo de groupe debout sur une table…pour ensuite philosopher sur les deux spécialités de St Claude que sont la taille du diamant et les pipes.
Le coté tout public de ce résumé m’empêche de préciser plus avant la teneur précise des propos de Sainte Claude.
Alain me disait : » si tu racontes ça en public et que tu n’as pas à tes côtés de gens qui étaient présents…c’est sûr personne ne te croira »  
Et le lendemain matin, oh surprise…nous trouvions sur le pare-brise du camion, un écrit de Sainte Claude reprenant les grandes lignes de son propos de la veille.
Comme aurait dit Monsieur Desproges…étonnant, non ? 
 
 
 
Etape 5 :       Hauterive/St Claude  112 km  1183m  D+      
Comme qui dirait une étape de transition avant d’attaquer sérieusement les pentes du Jura. Au détour d’un chemin nous ne manquons pas d’admirer de haut la célèbre cascade du Hérisson.
On pourrait aussi l’appeler l’étape des frères.
Hotte-Gindre d’abord, en effet, notre peloton est invité à faire halte dans l’établissement du frère à « grand Bernard » sur les bords du lac de St Point ( Malbuisson) pour un café en terrasse, au soleil, juste de quoi ne pas donner envie de repartir…mais bon
Depardieu ensuite, mon frangin et un de ses copains, éminents représentants du club cyclo de St Claude sont venus à notre rencontre pour partager un bout de route avec nous et nous faire découvrir un peu la ville de St Claude et ses spécialités.
Nos deux guides ainsi que leurs épouses nous rejoindrons pour dîner et échanger nos expériences cyclo.
 
 
Etape 6 : St Claude Hauteville/Lompnes   101 km 2346m D+
 
Les choses sérieuses reprennent. Après un échauffement rapide ( 1 km) nous attaquons la montée des lacets de Septmoncel.
Nous passons à quelques encablures du remarquable anticlinal plus connu sous le nom de ‘’chapeau de gendarme ‘’ que nous avons tous vu dans nos livres de géographie sur les bancs de la communale.
Après la montée, la grande descente en faux plat de la Valserine permet de détendre les jambes et nous conduit jusqu’à Bellegarde sur Valserine pour une petite pause avant la montée sur le plateau de Retord.
Soirée au calme à l’auberge de la Praille avec nuit en dortoir et blagues de potaches…
 
 
Etape 7 : Hauteville Lompnes/Chambéry  97km  1890m D+           
 DEJA !!! la dernière étape…ah bon !
Et quelle étape ! Ne sachant pas dans quel état seraient les participants, les organisateurs ont prévu 2 options (avec ou sans le relais du Chat) soit 1890 ou 2660 de D+
Le choix n’allait pas tarder à s’imposer de lui-même
Après une trentaine de kms sans grande difficulté, nous retrouvons ‘’Totor’’ de Chambéry, un ami d’Alain qui va nous accompagner dans l’ascension, par son côté le plus raide, du col du Grand Colombier.
Une telle ascension en milieu de semaine aurait pu éventuellement passer pour difficile, mais le dernier jour je vous raconte pas.
A l’exception de ‘’Totor’’ tout le monde a mis pied à terre dans les passages à 16-19%.
Imaginez, en pleine ascension, un de nos camarade arc bouté sur ses pédales se fait doubler par un autre de nos camarade qui lui…marchait à côté de son vélo (non, non ! n’insistez pas, je me suis engagé à ne pas citer de noms)
Finalement tant bien que mal, tout le monde se retrouve au sommet pour jouir d’une superbe vue sur la chaîne du Mont Blanc.
Descente réparatrice, casse-croute au bord de l’eau, et hop ça repart, mais très rapidement tout le monde s’accorde à estimer que le relais du chat serait une folie et que le mont du Chat fera très bien l’affaire pour basculer vers Chambéry.
Fin d’étape sans problème sur les pistes cyclables chambériennes… et voilà c’est fini…
On a beau le savoir cela n’empêche pas le petit sentiment de tristesse …mais rapidement… enfin j’veux dire après la première bière, commencent à fuser les ‘’ eh ! les gars l’année prochaine on va où ?’’
Le repas de clôture en compagnie de Totor et de son épouse s’est passé dans le calme et la bonne humeur, le  cœur léger et les jambes lourdes.
 
Bon, j’vous le dis vraiment parce qu’on est entre nous… je serais pas surpris que l’an prochain on se retrouve quelque part dans les monts d’Auvergne…mais CHUTTTTT…
01 merci la SNCF bien arrives.jpg
02 moi j'suis pret...j'attends.JPG
03 Km 0 dans les faubours de Strasbourg.JPG
04 premiers tours de roue.jpg
05 Hum!!! ca fait du bien.JPG
06 apres l'ascension du jour.jpg
07 1er dans les vignes.JPG
 
8 et voila pour le grand.jpg
9 Merci openrunner...Chambry Etrepilly a cote c'est du velours..jpg
10 Nos demeures a Masevaux.JPG
11 la premiere ca c'est fait.jpg
 
12 attends je reajuste mes lunettes.JPG
14 impressionnant!.jpg
13 le plus dur reste a faire.JPG
 
15 l'auberge de la perdrix.JPG
16 Pas tres attentifs les spectateurs....JPG
17 C'est pas la peine de te cacher t'es decasque..JPG
18 Mais qu'est-ce qu'elle fait ca fait 10 fois qu'jappelle....JPG
18 photo debout sur la table.JPG
 
20 chercher le herisson.jpg
21 j'en vois plus concentres a table que sur le velo....jpg
22 cherchez les 2 intrus de St Claude.jpg
23 t'es sur Michel c'est pas un peu grand.jpg
24 ma parole on dirait un clm par equipe..JPG
 
26 le celebre chapeau de gendarme.jpg
27 le 18 juin valait bien un maillot tricolore.JPG
28 Sa majeste Doyen 1er.jpg
 
29 quand deux extremes se rencontrent....jpg
30 content le Serge.jpg
31 facile le grand colombier.JPG
33 la derniere bosse.jpg
34 le lac du Bourget.jpg
35 et voila....jpg