MONTGE / ST MARD 13 MAI 2018
 
Voici un résumé de notre sortie de dimanche dernier. Une vidéo en prime pour ceux capable d'arriver au bout de mon petit récit
Bonne lecture 
 
 
"C'est sous une pluie fine que je regagnais le point de rencontre à Penchard.  Comme moi beaucoup se sont demandé si nous allions rouler, mais la pluie nous a laissé un répit et nous nous élançâmes tels 7 mercenaires dans le bois de Penchard, mais nous fîmes bien moins à l'arrivée… 
 
A mes côtés se tenaient Paulo, Alain, Jimmy et deux petits nouveaux Ulrich et Salomon nous venant de la Ferté sous Jouarre ; la petite troupe étaient menée par Maximilien.  Objectif de la randonnée, atteindre Saint Mard via Montgé et revenir par Saint Soupplet à Penchard.
 
Malgré le beau temps des derniers jours. La traversée du bois de Penchard s'apparentait à une sortie d'il y a quelques mois :  glissante et quelque peu boueuse. La portion après la traversée de Monthyon était tout aussi glissante mais la boue était d’un genre plus collant.
En tête Max et Paulo tenaient la cadence afin de ne pas s'embourber, suivi de près par Alain, Ulrich et Salomon enfin Jimmy et moi-même fermions la marche. Salomon goutait aux joies des glissades dans cette gadoue fraichement créée, tandis que Ulrich forçait pour suivre les premiers, un peu trop d'ailleurs, le voilà à pied ! "Dame Malchance" dans son immense grâce l'avait fauché net : et un dérailleur pété !  Son dérailleur arrière, qui avait que trois simples sorties, a fait tout bonnement office de patte de dérailleur : cassé net sans bavure, en dessous de la patte de dérailleur intacte. La chaine avait aussi souffert et par endroit était torsadée.
 
Nous lui avons été contraint de passer sa transmission en fixe et il a été escorté sur le chemin du retour par Salomon et Alain. Retour au vélociste de Claye qui était ouvert ce jour-là.
 
Nous avons repris notre périple vers le bois de Montgé, le terrain de jeu était très agréable et moins boueux. Cela dit les sangliers s'étaient donné à cœur joie par certains endroits.  Après un bref passage sur l'asphalte nous replongeons dans le bois dans un passage très mal indiqué puisque envahit par la végétation. Nous avons jonglé entre portage de vélo, enjambement de branches et évitement de branches et bassin d'eau stagnante. Ouf nous voilà à St Mard, où nous longions la voie ferrée. Nous redescendions vers Saint Pathus en empruntant une route quand Dame Malchance est venu nous taquiner de nouveau de manière subtile : voilà à présent Paulo à l'arrêt. Pneu arrière et chambre à air éventrés, une belle entaille de 2 à 3 cm sur le flanc. Une rustine de grosse taille a permis de colmater le pneu et il nous abandonna pour une rentrée par la route. Nous voilà à présent trois mexicains à pérégriner vers Meaux. Et cela n'est pas peu de le dire, certains chemins que nous espérions prendre avaient été absorbé par les lotissement fraichement construit ou disparu par la végétation et les champs débordant sur les voies de dessertes. Nous avons pris notre courage à deux et avons entrepris d'avancer coute que coute. Las, après une énième perte de chemin, nous regagnâmes Penchard par là où nous étions arrivés.  Quelle épopée !!!"